culture blog

ou comment je pris part au chaos de la logorrhée mondiale

culture blog header image 2

L’IMA et les Phéniciens

L’Institut du Monde Arabe à Paris organise jusqu’au 20 avril 2008 une exposition sur les Phéniciens. L’idée est excellente, le thème est passionnant mais… l’IMA m’a confirmé encore une fois qu’en dehors du tapage médiatique, leurs expositions sont à éviter coute que coute. En effet, après l’exposition sur les Pharaons en 2005 qui était une gigantesque supercherie où on se bousculait dans un espace confiné et mal éclairé pour tenter d’apercevoir des pièces venant de la galerie égyptienne du Louvre (la galerie du Louvre étant, vous l’aurez compris, incomparablement plus fournie et plus agréable à visiter), je m’étais promis de ne plus jamais mettre les pieds à l’IMA. Je m’étais ensuite laissé tenté par l’Orient des photographes arméniens (voir post du 1 avril 2007) qui m’a réconcilé avec les lieux. Mais je viens de comprendre qu’il est assez facile de réussir une expositions de photographie quand il s’agit de simple accrochage, en revanche, il est plus compliqué de traiter un thème historique plus complexe quand il s’agit d’aborder les spécificités d’un peuple avec son histoire et sa culture.
Revenons aux Phéniciens. Nous sommes toujours dans les mêmes lieux mal éclairés, les pièces sont encore en désordre, les vidéos confinées dans des couloirs ou à peine 5 personnes peuvent se faufiler en même temps, l’aperçu historique proche du néant. On parcourt une succession d’objets (dont certains sont splendides) mais on reste sur cette frustration de ne rien comprendre, parce qu’on oublie de nous raconter une histoire. Et les expositions sont bien faites pour ça pourtant ? (note : 1/5)

→ 2 Commentaires10 décembre 2007 · Catégorie café philo

2 commentaires à ce jour ↓

  • 1 hatem // 26 Nov 2008

    je confirme
    mais on doit avouer aussi (ce que l’IMA n’a pas osé faire) que les Phéniciens étaient commerçants, que le peu qu’ils ont bricolé était copié aux voisins, bref, qu’ils ont laissé peu de traces, à part les sacrés pourpre et alphabet avec lesquels on bassine les enfants libanais en classe primaire.

  • 2 michel habib // 25 Oct 2009

    j’admire la description nonchalante de l’Histoire des Phéniciens, faite par « Hatem » comme si lui-même les avait côtoyé… encore une supercherie bien reconnue par son responsable qui vient de l’avouer…
    enfin c’est ça les arabes.

Laisser un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.